Lettre d'information de l'association ProGECO moto

si vous recevez ce mail, c'est que vous êtes membre de l'association.

En exclusivité, 48 heures avant la parution sur la page du Groupe Facebook et sur les page du site web, le dernier article de JP DAUTRICOURT !


" E-GECO : la révolution !

 

Un journaliste moto, même passionné, devient un peu blasé au fil du temps. Il passe son temps à côtoyer le gratin de sa spécialité et à essayer ce qui se fait de mieux à travers le monde. Idyllique au début, cette situation de rêve finit toujours par devenir une habitude et les moments d’extase de plus en plus rares.

Là, je dis merci à Eric Offenstadt. Sa GECO m’a redonné mes yeux d’enfant et je bénis le fait qu’il soit mon ami. La moto homocinétique ? C’est un rêve tout éveillé et j’ai eu la primeur de l’essayer en premier. Un merveilleux cadeau  qu’il m’a offert, mais j’étais encore loin d’imaginer  la suite …

Un coup de fil au journal, on cause de tout et de rien, des derniers exploits de son « bébé » en course, mais …, le connaissant très bien, je sais qu’il ne m’appelle jamais sans une raison bien précise et j’allais ENCORE voler de surprises en surprises …

T’en pense quoi, toi, de la moto électrique ? Comme moi ? Oui, jusqu’à présent pas grand-chose, soit au niveau de ce qu’on nous propose aujourd’hui, non ?

Tu ne poses pas de questions et te contentes de rouler : c’est ça le deal !

Pépé a encore frappé, et il semble que là, on soit tombé dans le paranormal. Tu connais la charge constante ? Moi non plus, je te rassure, enfin … jusqu’à présent. Les brevets ne sont pas encore déposés, alors Eric est resté plutôt discret. C’est quoi le problème avec les batteries ? Le poids, l’autonomie et le temps de charge, non ? Au niveau mécanique, no problème de puissance, c’est tout la qualité de la manière énergétique qui cause des soucis, et c’est là que Pépé a encore eu un trait de génie : il vient de mettre au point la batterie à charge constante. En gros, elle est chargée une fois pour toute, et un générateur a pour mission de renvoyer en temps réel à la batterie l’énergie dépensée  par le moteur électrique !!!  Et si je te dis que la taille et le poids des batteries sont divisés par 2, je te laisse imaginer la suite …

Oui, c’est léger, compacte, et plus besoin de ravitailler en allant chercher le courant en provenance des centrales nucléaires ! Plus besoin de CARBURANT, tu comprends l’enjeu ???

C’est d’ailleurs le gouvernement qui a financé le projet et sera propriétaire des brevets, et avec un tel outil en les mains, la France va maîtriser le monde, rien que ça !!!  Non, non, je t’assure, j’ai rien bu …

La démarche d’Eric a été la même qu’avec l’homocinétique, soit se poser les BONNES questions sans hésiter à sortir des sentiers battus, à évoluer loin du « step by step » qui a aussi cours dans ce domaine bien précis, et le résultat est cette moto que j’ai devant les yeux. Elle est menue et fine comme une supersport, pèse 160 kgs, et développe l’équivalent des 106 chevaux légaux chez nous. D’après lui, on peut facilement doubler la puissance sans nuire au refroidissement des batteries, du générateur et du moteur, tous 3 étant à refroidissement liquide ! Ben mon vieux …, et ça donne quoi en dynamique ??? Surtout si je te dis que le couple dépasse les 20 m/kg sur toute sa courbe de puissance …

INVRAISEMBLABLE ! Y a pas d’autres mots : encore plus légère que la 600 turbo vu l’absence totale d’inertie du moteur électrique, la poussée est phénoménale, digne d’une Hayabusa suralimentée, mais CONSTANTE : une force terrible, mais sans brutalité, et sans avoir à passer de vitesses, vu qu’il n’y en a pas !!!

Au tableau de bord, un voyant vert t’indique que tout va bien, que le niveau d’électricité est constant. Il y a un système de diodes de part et d’autre du voyant en question, lesquels doivent fonctionner en parallèle parfait en indiquant la dépense et la charge d’énergie : c’est en sorte le compte tour de la moto.

Les reprises sont encore plus canons que la phénoménale accélération  du moteur, et j’ai peur à chaque fois de perdre les bracelets en même temps que ce moteur diabolique prend ses tours. Elle va vite, très vite, mais surtout très rapidement : sur autoroute allemande, cette version a déjà pris plus de 280 compteur, si, si …

Et attends, c’est pas fini :

Eric, avant l’essai, m’avait soufflé à l’oreille que le moteur électrique était le meilleur allié possible à la partie-cycle homocinétique, et bien je confirme, même si j’ai été très, très loin d’en toucher les abords d’une limite … d’un autre monde ! Aucun mouvement quelque-soit le freinage, aucune plongée, aucune dérobade à l’accélération (à ce niveau, si j’avais osé les « gaz » de cette façon avec une moto thermique, même une 600, j’allais illico visiter Sainte Gamelle ! Cette moto est paradoxale : elle te fait croire que tu es bon vu ce qu’elle t’autorise à faire, mais aussi  comprendre que tu es loin, très loin d’être capable de l’exploiter dignement. A ce niveau, jamais une machine sur la terre n’a été capable de t’apporter une telle sérénité (sécurité …) au guidon. Tu regardes, elle y va sans broncher et quel que-soit le revêtement, bosselé ou pas, et elle gomme les moindres imperfections du bitume en t’apportant un confort inconnu jusqu’ici.

En fait, j’ai plus envie de la rendre, cette moto magique ! Même si le chant du moteur thermique n’est pas présent, même si le plaisir de passer les vitesses est absent, elle est tellement attachante dans cette configuration qu’on lui pardonne bien volontiers ces petits défauts. Tu sais quoi ? J’ai déjà signé le chèque pour en avoir une dès sa sortie dans le commerce, laquelle est prévue l’année prochaine. A quel prix ? Peu importe vu les économies au niveau des pneus et surtout qu’il n’y a plus besoin de faire le plein ! Et si je te dis que l’entretien est quasi nul, tu seras d’accord avec moi que cette meule fantastique mérite bien un petit effort financier supplémentaire, non … ??? "

(merci à tous de ne pas partager ce texte)