si vous recevez ce mail, subscriber, c'est que vous êtes membre de l'association.

Lettre d'information de l'association ProGECO moto

BOL D’OR – NEVERS MAGNY COURS – LES 26 ET 27 AVRIL 2014 …
BY JP DAUTRICOURT

Pas facile le métier de journaliste, crois-moi !

Quand le rédac-chef m’a demandé de couvrir le Bol D’or, je ne m’attendais certainement pas à me trouver devant un tel dilemme après coup : on cause de la course où … de GECO ?

J’ai longtemps cogité avant de coucher les mots au clavier, pesé le pour et le contre, demandé l’avis de collègues aussi perplexes que moi, puis fini par trancher : exceptionnellement, le compte rendu complet de la course sera publié dans le prochain numéro. L’aujourd’hui est évènementiel et notre devoir est d’en parler en priorité.

Oui, le 27 avril 2014 à 15h00, le microcosme du 2 roues motorisé a changé …

Quoi ? Tu ne sais pas que la GECO a remporté le BOL ??? T’étais parti sur Mars ou quoi ????????

Eh oui, première sortie, première victoire et … pari gagné pour Eric Offenstadt et sa petite bande. Enfin, petite …, il y avait quand-même une bonne centaine de « membres actifs » réunis sous le sceau de l’association PRO GECO autour du « Lézard », comme ils disent ! Chacun avec un badge à l’effigie du team et son numéro de membre, qui a signé de son nom un gigantesque panneau implanté à l’entrée du box et marqué « J’y étais ! »

Tu as dit « Continental Circus » ? Oui, il y a un peu de l’esprit de la Belle Epoque dans tout ça !

Bon, j’écris quoi, là-dessus … ??? Que la GECO a pointé en tête de la course dès le premier tour ? Qu’elle n’a connu aucun ennui technique ni la moindre chute ? Qu’elle a effectué des temps d’un autre monde ? Que sa domination sans partage en a agacé plus d’un et filé la banane aux autres ? Que ses arrêts au stand ont été parmi les plus courts de toute l’histoire de l’endurance ? Que cette moto démoniaque n’a déjà plus sa place dans ce genre de course ? Que de nombreux curieux, membres imminents du Milieu pour certains, n’ont pas arrêté d’avoir l’œil sur cette drôle de machine au lieu de se concentrer sur la leur ? Enfin, qu’une équipe composée d’anciennes gloires plus très « fraîche » (pardon messieurs, mais …) soit parvenue à terrasser les top-guns de l’endurance ? Là, faut avouer qu’entre Pépé aux commandes et le trio Christian Sarron, Bruno Vecchioni et … un inattendu Pierre Geffrin aux bracelets, ça fait un pneu désordre pour les autres, non ? Je présente d’ailleurs 1000 excuses à ces derniers d’être obligé d’écrire ça, mais c’est pourtant la pure vérité !

Tu aurais parié pour eux, toi ? J’avoue, moi non plus, et pourtant le temps semble s’être arrêté ce 27 avril à 15h00 …

Autre chose inédite (tant que nous y sommes …), dès la fin de l’épreuve, alors que beaucoup de motards reprenaient déjà le chemin du retour, le paddock s’ouvrait exceptionnellement pour laisser pénétrer la « bande à Pépé » et l’ensemble de la presse conviée à venir faire la fête autour de la moto française (un accord en ce sens avait été conclu avec l’organisateur en cas d’une victoire … à laquelle personne ne croyait).

Le champagne a coulé à flot tandis que chacun, qu’il soit pilote, mécanicien, panneauteur ou … fan de la première heure, se jetait dans les bras de l’autre sous nos yeux de journalistes bluffés par l’ampleur de l’évènement !

Il n’y a eu aucune interview de notre part car il aurait été indécent de tenter de s’immiscer dans cette communion entre le créateur d’un projet fou et cette foule immense ayant payé de ses propres deniers pour que la GECO voit le jour, tous récompensés aujourd’hui bien au-delà de leur rêve le plus fou, car c’est bien de ça qu’il s’agit : un rêve collectif ! Alors nous les avons laissé goûter à une joie toute légitime à laquelle chacun de nous a été sensible.

La fête a été belle, l’euphorie totale. Pas très loin de là, certains étaient afférés à ranger leur matériel dans un silence contrastant …

Je vais en terminer là car il n’y a raisonnablement rien d’autre à écrire sans tomber dans le trait commun, il fallait seulement en être …

C’est un des articles les plus courts de ma carrière et les photos sont bien plus parlantes qu’un simple compte-rendu, alors je te laisse simplement tourner les pages et saisir les regards de tous ces motards réunis autour d’une moto made in France qui vient de gagner bien plus qu’une course.

En exclusivité pour vous, avant la parution sur la page du Groupe Facebook et sur les pages du site web:

(merci à tous de ne pas partager le texte, ni les photos)