GECO R15 : essais des 5 et 6 mars 2018 sur le circuit Paul Armagnac de Nogaro.

Le GECO était, comme prévu, à Nogaro pour deux jours avec Lucas Mahias et Nicolas Salchaud, en compagnie du GMT94.

Au programme, des tests de performances avec un pilote de pointe avec pour mission de pousser le GECO dans ses derniers retranchements.

Malheureusement, les conditions n’ont pas permis d’atteindre nos objectifs.

Tout d’abord, à cause d’une météo pluvieuse, le GECO n’a pu rouler qu’une partie de la première journée. Et quand cela a été possible, une série de contretemps, divers réglages et problèmes d’organisation n’ont pas permis à Lucas Mahias de rouler en conditions optimales.

Pour la deuxième journée, Nicolas Salchaud (qui avait roulé en fin de journée de lundi), a pris le guidon dès le matin, et s’est amélioré régulièrement, faisant même mieux que Lucas la veille. Mais, manquant d’entraînement ces derniers mois, il n’a pas pu faire mieux que ses propres chronos de l’an dernier. De plus, une forte pluie s’est abattue à partir de midi, empêchant ensuite toutes les équipes de rouler. Les données collectées durant cette journée ont néanmoins confirmé les bonnes performances du prototype, sans pour autant permettre d’atteindre les objectifs souhaités.

Ces deux journées sont donc une énorme déception pour tous ceux qui y travaillent depuis des mois. Mais nous sommes adeptes de la phrase de Nelson Mandela : “Je ne perds jamais : soit je gagne, soit j’apprends”.

Nous repartons donc bien tristes mais riches d’une somme d’enseignements, pour pouvoir prouver dès que possible le potentiel de la technologie GECO.

Parmi les éléments positifs, nous retiendrons l’attitude très positive des membres présents à l’assemblée générale lundi soir à l’Ecole de la Performance, des passionnés vraiment très encourageants, chaleureux, affirmant et confirmant leur soutien. Par ailleurs, Frédéric Anfray, partenaire de longue date (SPEM / POLLET), a expliqué combien il était satisfait du retour sur investissement au soutien du GECO (bien plus rentable, selon lui, que de se payer une publicité classique plus coûteuse), tant dans la communication interne avec ses équipes que le projet fédère, que par la communication externe vers ses clients, où l’image du GECO crée un avantage concurrentiel. Bien évidemment toutes ces paroles ont mis du baume au cœur de toute l’équipe, qui continue plus motivée que jamais !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *