Quel est le principe des suspensions GECO ?

Par Eric Offenstadt

 

« 1° – Le principe fondateur est le troisième théorème de Newton : « A toute action correspond toujours une force de réaction égale en grandeur mais de direction opposée. »
Pour tout objet terrestre mobile, cela signifie qu’il faut qu’une force s’exprime entre le sol et son contact avec le sol (pied, sabot, pneu, etc).
Pas de contact = pas de force = pas de réaction.
Toute force exercée sur un véhicule terrestre ne peut donc être calculée que par la force exercée par son point de contact sur le sol.

2° – C’est le « patch » du pneu qui engendre la courbe des forces exercées sur la moto et permet sa mesure. Aucune autre mesure ne peut le faire car c’est la seule source de ces forces.

 

3° – Le croquis ci-dessus montre la limite de « wheeling » avec un centre de gravité constant, donc avec un effet de chaine anti-squat nul, alors que le dessin montre un ensemble suspension transmission actuel doté d’un effet de chaine important.

 

Vous imaginez donc facilement que nous n’en sommes qu’aux balbutiements de cette technologie puisque les élèves ingénieurs sont privés de croquis ne « zappant pas » l’essentiel en matière de réactions. »

2 réflexions au sujet de « Quel est le principe des suspensions GECO ? »

  1. Bonjour les accros du GECO !
    En mécanique générale, le problème est toujours plus compliqué que l’intuition le laisse penser.
    Votre croquis est croquignolet mais est loin de décrire le problème en entier.
    Le problème de l’équilibre de la moto et de son pilote à l’accélération peut être déjà assimilé à un problème de dynamique du solide indéformable, ce qui n’est pas exact bien sur puisque le pilote peut se déplacer sur la moto, qu’il peut transférer des efforts entre lui et la moto grâce à ses muscles, bras jambes, etc.
    Mais même en simplifiant en considérant le pilote inerte…
    Il faut tenir compte des forces extérieures comme la gravité, la force aérodynamique, et internes les forces et couples générés par le moteur, donc toutes ces pièces de la moto moteur, transmission et roues ne peuvent pas être considérées comme faisant partie du solide indéformable…
    Il faut considérer le principe universel de la mécanique générale et tenir compte des forces et des moments de chaque élément.
    Mes études au CNAM sont loin, nous avions un super professeur, Monsieur Michel Cazin, dont je possède les ouvrages.
    Justement en parlant d’inerte, inertie, il y a matière !

    • Bonjour Claude Richard,

      Le croquis, comme vous pouvez le deviner en lisant mon texte, n’est pas de moi.
      Il est même là en tant qu’exemple qu’il ne faut pas prendre en compte !
      Mais même si, bien sûr, il est basique et ne tient pas compte des facteurs aéro, gyroscopiques et des transferts des masses mobiles… ce n’est toujours pas le sujet de ce post.
      Le sujet de ce post concerne uniquement le fait qu’en mécanique des mobiles terrestres : Toutes les forces mécaniques (MECANIQUES), ne peuvent provenir que de la liaison au sol.
      Je suis d’accord pour dire que ce n’est pas un SCOOP : tous les bons profs des écoles d’ingénieurs auto, le disent et le répètent à leurs élèves.
      Et en ce qui concerne l’inertie : c’est plus que de la matière à discussion, c’est LA matière de toutes nos études.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *