Fiction: « Le roman de GECO »

5em chapitre :

GECO 600 A COMPRESSEUR : PREMIERE PRISE DE CONTACT …

J’étais au bureau en train de finaliser le texte d’un essai à paraître sous peu, quand j’ai reçu un bref mail d’Eric Offenstadt me disant de l’appeler.
J’arrive maintenant aux portes du Bugatti où m’attend le staff GECO. Pépé a été laconique : un lieu, une date, une heure, et pas oublier ma combarde de cuir.
Bon, le proto, je l’ai déjà essayé et dois bien t’avouer que je me suis posé mille questions sur la route : on avait été quelques privilégiés de la presse à avoir eu droit à un galop d’essai de la future moto d’endurance, tu te souviens ? Un autre alors ? peu probable, et Eric m’en aurait causé …
C’est que je commence à bien le connaître, le père Offenstadt : Il aurait voulu attiser ma curiosité qu’il ne s’en serait pas pris autrement ! Et si tel est le cas, c’est qu’il a du lourd à me faire essayer : un truc encore plus homocinétique ? Une motoGP ? Va savoir, avec un tel personnage …
Comme d’hab’, j’suis à la bourre complet : pas bécane au sous-sol du canard, la mienne en révision, c’est donc avec une caisse de loc’ que j’ai pris la direction du Mans, avec au moins une plombe à sortir de la capitale malgré les congés.
Un soleil radieux inonde le Bugatti et il fait pas loin de 30° ! Des conditions parfaites pour rouler sur piste, mais avec quoi ? Je ne vais pas tarder à le savoir et dois ajouter que j’ai hâte depuis la dernière fois où j’ai posé mes fesses sur cette fantastique brèle homocinétique !
Pépé est là, à m’attendre après un énième coup de fil. Bon, c’est pas beau de téléphoner en roulant, mais je ne suis pas privé pour répondre et … tenter en vain de lui tirer les vers du nez !
Là, il fait les cent pas et me montre sa tocante avec un faux air de désapprobation, mais ses yeux pétillants le trahissent. Bon, tu m’expliques … ???
-Tu vas rouler mais je ne veux AUCUNE question !
-Hein … ??????????????
-T’as bien compris et tout ce que tu dois savoir c’est que la moto sur laquelle tu vas rouler aujourd’hui a un haut moteur de R6, un bas homocinétique et un compresseur, que la puissance est de 200 bourrins pour un poids de 170 kgs. Le reste, c’est pas encore ton affaire…
-Compresseur ? Un truc pour la route, alors ???
-J’ai bien dis : aucune question !!!
Quand Pépé te cause comme ça, faut pas insister …
T’as déjà enfilé une combarde en moins de trente secondes ? Ben moi …, oui ! Bon, je joue le jeu, mais te prie de croire que j’en peux plus. Pourquoi tous ces mystères ? Lui et moi nous connaissons assez pour nous faire confiance, non ? Depuis le début du projet GECO, pas une semaine ne s’écoule sans que je sois informé de l’avancée des travaux pour relayer auprès des (nombreux) lecteurs avides du feuilleton de l’année !
Une 600 à compresseur, maintenant ??? Pour quoi et surtout pourquoi j’ai pas été informé ?????????
-Bon, t’es prêt ? On attend plus que toi …
Tu sais quoi ? Je suis visiblement le seul invité et … elle est où cette mystérieuse moto pour laquelle j’ai été convié à venir rouler ?
Y a juste Pépé et les frères Gomez, tous trois avec un drôle de petit sourire au coin des lèvres …
Pas un seul ne cause. « On » m’invite à ne pas bouger. Dans un silence assourdissant de sous-entendus, Eric lève le rideau de fer d’un box et me fait signe de m’approcher. Là, dormant sous une bâche, y a visiblement une bécane …
-Vas y, retire-là !
Je …
Dans sa traditionnelle robe orange et blanche, je reconnais immédiatement une GECO. Mais ce qui m’intrigue tout de suite, c’est pas trop les phares, mais plutôt les clignotants, les commodos et le tableau de bord d’une … R6, présents sur cette moto. Elle est plus fine que la moto d’endurance, et elle a 2 rétroviseurs !!!
C’est quoi cette blague ???!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
-Pas de questions, on a dit …
Ok, ok …
Eric sort la moto (qui reposait sur … une béquille latérale !) et appuie sur … le démarreur : tout de suite la bête fait entendre un bruit grave mais feutré en provenance de son silencieux maison … qui porte visiblement bien son nom ! Homologué … ???
-Bon, tu vas faire trois tours avec, mais INTERDICTION FORMELLE de la mettre par terre : c’est un exemplaire unique !
Ok, ok …
« On » m’invite à enfourcher l’engin, ce que …
Cette moto est visiblement plus fine que celle que j’avais essayée auparavant. La position est sportive, mais moins que l’autre. Tu vois la mille GEX ? Un peu comme ça, mais un poil moins. Les repose-pieds sont plus bas aussi, et la selle plus rembourrée. Visiblement, c’est pas une moto de course ! Si, si, j’t’assure, et elle est même chaussée en Pilot Power, comme une vulgaire sportive de … route (gagné !).
Mais trêve de bavardage inutile : « on » m’a venir SEULEMENT pour rouler, NON ???
Dès le lâché d’embrayage (visiblement multidisque en bain d’huile …), doux et précis, ce qui frappe d’entrée de jeu, c’est la légèreté de l’engin et surtout son absence de bruit. On dirait une R6 du commerce avec une position moins extrême. La moto était déjà chaude (visiblement en m’attendant), connaissant les Pilot Power, je peux donc tourner un peu la poignée sans risquer de me foutre par terre. Et là …
Mais …, c’est quoi ce truc ??????????????????????,,
Je suis à peine à trois mille que cette meule commence déjà à me tirer sur les bras comme un bicylindre !!! Connaissant le moulbif de la R6 et son creux aux bas régimes, j’avais un poil fait ciré. De trois à six mille, elle tracte en force, de six à dix, on dirait une mille, de dix à treize … elle devient folle et semble vouloir quitter le sol à chaque rapport !!!
Plus légère qu’une R6, (beaucoup) plus vive qu’une mille et … aussi, voire plus, puissante que cette dernière, j’ai déjà mis à mal un pneu arrière qui a du mal à encaisser toute cette hargne dès mon deuxième tour ! la partie-cycle ??? Toujours cette merveille homocinétique qui encaisse tout, mais encore plus facile que la version endurance, si, si !!!
S’il n’y avait ce moteur de folie, je dirais que voici une sportive à confier à ma grand-mère pour aller se promener !!!
Bien plus performante qu’une mille et plus facile qu’une six cent du commerce, cette moto, c’est LE rêve absolu( je n’ai pas peur d’écrie ça !) de tout motard aimant un tant soi peu les sportives !
Maintenant, quel est le but de GECO ? Visiblement, il s’agit d’une moto prête à entrer en production : sa finition, son équipement routier, ses pneus et son échappement aux normes routières sont là pour en attester. Mais Eric ne veut rien dévoiler pour l’instant, seulement nous informer que cette moto existe. Alors, GECO va entrer en production avant même d’avoir déjà fait courir son proto ? Il semblerait bien que ça soit le cas avec cette machine inédite, et moi j’ai rien contre, bien au contraire !!!
Là, je tiens à remercier GECO de leur confiance à m’avoir confié ce nouveau « bébé ».
Une annonce officielle aura lieu en même temps que la présentation de la moto d’endurance au prochain salon de Paris, et on saura tout le moment venu, promesse d’Eric Offenstadt !

3 réflexions au sujet de « Fiction: « Le roman de GECO » »

  1. Ping : YAMAHA Motor France confirme son confiance dans le projet GECO ! | ProGECO moto

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *